The_Grand_Budapest_Hotel_PosterSouvent perçue comme un sentiment dangereux, la nostalgie n’a pas très bonne presse.

Traduisant un goût un peu trop prononcé pour époque révolue, elle est rapidement associée à un conservatisme bas du front voire à une complaisance coupable envers les crimes et turpitudes de nos ancêtres. En tout cas de l’avis de ceux qui voient l’Histoire comme un grand trait tiré entre la barbarie et la civilisation. (Au point que revendiquer une certaine nostalgie sert parfois de faire-valoir à ceux qui veulent se donner une allure réac.)

Pourtant il y a un auteur connu et largement apprécié, Stefan Zweig, dont la nostalgie est très présente dans son œuvre. Après tout, on n’écrit pas des centaines de pages sur Le Monde d’hier sans quelques regrets.

Justement, c’est Stefan Zweig et ses livres qui ont inspiré Wes Anderson, réalisateur du très réussi Grand Budapest Hotel. Menée par un Ralph Fiennes flamboyant et dotée d’un casting de compétition (voir plus bas), cette comédie dramatique aux forts accents burlesques nous ramène subitement dans l’entre-deux-guerres.

Read More

Massif du Säntis, Suisse (cc)

Massif du Säntis, Suisse (cc)

Rapidement…

Ce dimanche, je n’étais pas dans la rue parce que je ne me reconnais pas dans le grand mouvement familialiste qu’est devenue la Manif pour tous. Il me semble qu’une réflexion sur le rôle social et moral de la famille doit être conduite, en particulier à droite, que cela n’a pas été fait, et que LMPT s’appuie avant tout sur des conceptions dont les évolutions sociales récentes ont réduit ou du moins relativisé la pertinence.

Pour garder un cœur optimiste, je me dis que ce qui manque aujourd’hui sera réalisé plus tard, que la politique familiale cessera d’être une vache sacrée et que l’on pourra, peut-être, y apporter des améliorations en emportant une vaste adhésion dans le pays.

Read More

Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi !

Nb 6, 25

Les blogs épousent la vie de leurs auteurs, soit par une activité variable, soit par des changements nets de direction. Après une longue phase sans rien écrire, il m’est apparu nécessaire de reprendre le clavier, mais au prix d’un changement significatif de perspective.

Au cours des dernières années, j’ai traversé sur le plan personnel des étapes très importantes qui m’ont à la fois apporté et imposé beaucoup de choses. Il est temps que j’en fasse état ici.

Sans tourner autour du pot plus longtemps : il y a trois ans, j’ai avoué (*) mon homosexualité à mes parents puis, progressivement, à mes amis. Seconde indication à ce sujet : je n’emprunte pas la démarche d’abstinence recommandée par l’Église catholique.

Je ne m’étendrai pas davantage là-dessus. Mais c’est une donnée importante dans la façon dont je vis, depuis plusieurs années, ma foi et mon appartenance à l’Église, à la société et même à ma famille.

C’est pourquoi ce blog subit un petit lifting auquel s’ajoute un changement de positionnement. Si l’inspiration me vient je parlerai de la façon dont je vis ma foi (en particulier) et ma vie (en général) sur un angle plus personnel. Je garderai mon goût pour la politique mais les billets de type « catholique et libéral » seront d’abord publiés sur Marché Gris. Je souhaite écrire aussi des articles sur l’actualité financière, puisque c’est un peu ma discipline. Ils figureront dans la rubrique « Grand Méchant Marché ».

Je termine en vous présentant tous mes vœux de bonheur pour l’année 2014.

J’adresse un remerciement tout particulier aux quelques personnes qui ont pris le temps de relire ce texte avant sa publication.

(*) On me souffle que le terme « avouer » est erroné, qu’il vaut mieux parler de « révéler » ou d’ « annoncer ». C’est vrai ; mais je vous assure que sur le moment, ça ressemblait drôlement à des aveux.

ND du travail

Notre-Dame du Travail, Paris XIVe.

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, la blogosphère catholique égrène ses bilans sur le mouvement de la Manif pour Tous contre le mariage pour tous.

Un fiasco si l’on s’en tient à l’objectif formel qui était le retrait du texte et si l’on considère les embardées ridicules (et humiliantes) des parties les plus radicales du mouvement d’opposition. Les optimistes corrigeront, à raison, en disant que la légalisation des PMA/GPA a tout de même été reportée sine die. Les romantiques se rappelleront, eux, les incroyables frissons procurés par les gigantesques manifs bleu-blanc-rose.

Sur le fond, on a bien vu que l’Église catholique, bien que volontairement en retrait par rapport au mouvement lui-même, a, en sous-main, largement suscité l’opposition à la loi Taubira, dès le 15 août 2012 avec la prière de Mgr Vingt-Trois. Les cloches de Saint-François-Xavier saluant les manifestants sur leur passage rappelaient clairement où se positionnait la hiérarchie ecclésiale dans toute cette histoire. Et ceux qui, comme moi, ont battu le pavé ont tous croisé de nombreux curés, les uns en K-way, les autres en soutane…

Read More

D’accord, la tribune des catholiques homosexuels publiée le 15 août par La Croix est rédigée dans un style un brin… grandiloquent et effectue quelques raccourcis un peu brouillons.

Il n’empêche qu’elle pose une question que l’année qui vient de s’écouler n’a rendue que plus vivace : la pastorale de l’Eglise quant à l’homosexualité est-elle aussi juste et charitable que se l’imaginent certains catholiques ? Et de ce point de vue, les catholiques homosexuels n’ont-ils pas des choses intéressantes à dire à leurs frères et sœurs ?

Read More